Syndromes canalaires

Nevrome de Morton

LA MALADIE:

Un nerf sensitif cheminant entre les orteils et les métatarsiens peut être comprimé par les structures avoisinantes et entrainer des douleurs. Une bursite (inflammation locale) peut elle aussi concourir à comprimer le nerf.

Le nerf s'épaissit lorsqu'il est écrasé. Il augmente de volume. Il est donc de plus en plus à l'étroit dans son passage entre les orteils. Il s'agit d'un véritable cercle vicieux.

Les douleurs apparaissent au début lorsque vous portez des chaussures trop étroites. Ensuite les douleurs augmentent et persistent même pied déchaussé.

LE TRAITEMENT :

Le traitement est d'abord médical avec le port de chaussure confortables et la mise en place de semelles.

Une infiltration de corticoïdes peut être effectuée sous échographie. Elle ne permet malheureusement un soulagement que dans environ 30% des cas.

Si les douleurs persistent, il faudra envisager une intervention.

L'incision est sur le dos du pied.

On pratique le plus souvent (résection ou neurectomie).

Parfois, il est possible de simplement libérer le nerf.

L'intervention est effectuée en ambulatoire et sous anesthésie locorégionale.

La simple libération expose aux récidives.

Même en cas de neurectomie, des douleurs peuvent parfois persister plusieurs mois en raison de douleurs fantômes générées par le moignon proximal du nerf (douleurs fantômes).

L'opération dure environ 15 minutes.

LES CONSIGNES POSTOPERATOIRES :

La sortie est le soir même de l'intervention (chirurgie ambulatoire).

Après l'opération :

Vous devez porter des chaussures spéciales pendant trois semaines.

Vous devez respecter un repos relatif pour éviter les troubles de la cicatrisation.

Vous devez surélever votre pied et glacer.

L'arrêt de travail est d'environ 3 semaines.

SYNDROME DU CANAL TARSIEN

DEFINITION

Le syndrome du tunnel tarsien est un syndrome canalaire caractérisé par la compression en dedans de la cheville et du pied du nerf tibial postérieur et/ou de ses branches terminales distales. L'origine de la compression est variable. Il peut s'agir d'un élément anatomique local (muscle, arcade fibreuse, ligament, veines) ou d'une masse anormale (kyste, séquelle de fracture, neurinome, lipome .).

Les manifestations douloureuses sont essentiellement des douleurs à prédominance plantaire parfois insupportables, avec des sensations de brûlures, de picotement, de fourmillements, une hypoesthésie de contact, des crampes nocturnes. On retrouve de manière exceptionnelle des troubles moteurs.

L'examen clinique est rarement normal et met en évidence une hypo ou une hyperesthésie plantaire. On recherche une douleur ou des décharges électriques à la percussion du trajet anatomique du nerf. On peut également retrouver une tuméfaction orientant vers une cause tumorale ou encore une déformation du pied favorisant l'élongation du nerf (pied plat valgus).

Le bilan comprend des radiographies en charge, un électromyogramme et une IRMN.

TRAITEMENT

Le traitement médical comprend l'adaptation du chaussage, le port de semelles et éventuellement une infiltration.

Le traitement chirurgical est propos après l'échec du traitement médical ou immédiatement si une cause tumorale est retrouvée sur les examens.

La technique est réalisée sous AG ou sous anesthésie locorégionale. On réalise la libération du nerf à différents niveaux et on supprime éventuellement une cause compressive (kystes, lipomes .).

Les résultats sont variables. Les chiffres dans la littérature varient entre 45 et 95% de bons et très bons résultats. Ils sont cependant reliés à la cause du syndrome du canal tarsien. Les plus mauvais résultats sont ceux liés à une cause post-traumatique en raison de l'existence d'une fibrose nécessitant une neurolyse.  

Les complications de la chirurgie sont assez rares:

  • Hématome, infection du site opératoire.
  • Complications thromboemboliques.
  • L'algodystrophie.
  • Les problèmes de cicatrisation.
  • La persistance ou la récidive des symptômes.

Contact

 

c