Instabilité de la cheville

LA MALADIE

Il s'agit d'une laxité latérale de la cheville responsable d'une instabilité chronique. Cette laxité est due à la lésion grave du ligament latéral dans les suites d'une entorse .

Les patients le plus souvent se plaignent d'entorses à répétition, d'insécurité de la cheville, de chutes, de douleurs persistantes.

Les patients peuvent aussi avoir des douleurs associées pouvant nécessiter un traitement complémentaire spécifique (lésion du cartilage, fissure tendineuse.).

AVANT LE TRAITEMENT

Un bilan d'imagerie est demandé avec des radiographies en charges et en stress.

Une IRM ou un arthroscanner complètent le bilan ligamentaire et dépiste les complications (fissure tendineuse des fibulaires, lésion cartilagineuse, lésion de la sous talienne associée). Les anomalies de l'axe de la cheville et de l'arrière pied doivent être dépistées et peuvent nécessiter des semelles correctrices.

Une rééducation bien conduite doit être tentée avant d'envisager la chirurgie.

En cas d'instabilité persistante malgré la rééducation, la chirurgie est conseillée en raison principalement du risque d'arthrose de la cheville à long terme.

LE TRAITEMENT

L'intervention chirurgicale est réalisée sous anesthésie locorégionale ou générale.

Classiquement, la réparation est effectuée à ciel ouvert par une incision au niveau de la malléole externe. On effectue alors une remise en tension des ligaments restants. La réparation est renforcée soit par un tendon (le court fibulaire) ou par une structure ligamentaire voisine (ligament frondiforme ).

Il est maintenant possible d'effectuer cette intervention sous arthroscopie sans « ouvrir » la cheville. On peut alors soit effectuer une simple remise en tension ligamentaire ou soit une veritable reconstruction anatomique des ligaments lésés avec un nouveau ligament constitué par un tendon prélevé au genou (le gracilis).

Le choix entre ces différentes techniques varie selon différents critères qui doivent être analysés par votre chirurgien.

Ligamentoplastie au court fibulaireLigamentoplastie au court fibulaireLigamentoplastie par renforcement au frondiformeLigamentoplastie par renforcement au frondiformeLigamentoplastie avec reconstruction anatomique des ligaments Ligamentoplastie avec reconstruction anatomique des ligaments

CONSIGNES POST OPERATOIRES

L'hospitalisation est de une nuit. L'intervention peut être effectuée en ambulatoire. Une immobilisation par une botte en résine est nécessaire pendant 3 à 6 semaines selon les cas. Les 2 premières semaines sont sans appui sur le membre opéré. Vous devez alors utiliser des béquilles.

Vous devez respecter un repos relatif et bien surélever le membre inférieur pour éviter le gonflement et les problèmes cicatriciels. Vous devez effectuer la prévention des phlébites par des injections sous cutanées d'anticoagulants. Après 2 semaines l'appui est autorisé. La rééducation est débutée rapidement pour une durée de 6 semaines à 3 mois.

La conduite automobile n'est pas autorisée pendant les 6 premières semaines. L'arrêt de travail est de 6 semaines à 3 mois selon les contraintes professionnelles.

La reprise des sports en ligne peut débuter à 3 mois. Les sports à risque (pivots) peuvent être repris progressivement à partir de 6 mois.

COMPLICATIONS

Les plus fréquentes :

Comme toute chirurgie, il existe un risque d'hématome qui se résorbe en règle générale tout seul. Il peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical.

La phlébite peut survenir en dépit d'un éventuel traitement anticoagulant. Il s'agit d'un caillot qui se forme dans les veines des jambes, celui-ci pouvant migrer et entrainer une embolie pulmonaire.

Une atteinte nerveuse d'un des nerfs de la partie latérale de la cheville ou au niveau du prélèvement au genou (pris dans un tissu fibreux cicatriciel ou exceptionnellement section de celui-ci) est possible. Cependant, une sensation moindre sur cette partie peut survenir pendant une période transitoire.

L'intervention ayant pour but de brider les mouvements en varus, un enraidissement de l'articulation sous talienne peut survenir, pouvant nécessiter une ré-intervention si la rééducation ne suffit pas à la traiter.

Plus rarement :

L'infection profonde est exceptionnelle. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement prolongé par antibiotiques. Il vous est fortement déconseillé de fumer pendant la période de cicatrisation, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d'infection et de phlébite.

L'algodystrophie est un phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris. Elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire parfois des années), entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois, une prise en charge spécifique de la douleur. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.

La cicatrice peut rester gonflée et sensible pendant plusieurs semaines. Une raideur de cheville temporaire est traitée par la rééducation.

La liste n'est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, liée à l'état local ou à une variabilité technique.

LES RÉSULTATS ATTENDUS

La ligamentoplastie est une intervention très performante qui permet de stabiliser la cheville de manière efficace. Les résultats sont obtenus en trois à six mois avec une reprise de toutes les activités physiques.

Contact

 

c