Menu

Tendinite tendon d'Achille chirurgie

TENDINOPATHIE D'ACHILLE

LA MALADIE

Le tendon d'achille est le tendon le plus volumineux de l'organisme. Il se prolonge par le muscles triceps composé de trois chefs, les deux jumeaux (gastrocnémiens) et le soléaire. Les gastrocnémiens s'insèrent au-dessus du genou. Le triceps est donc un muscle bi-articulaire.

Le muscle peut manquer de souplesse et si cette raideur se corrige genou fléchi, il s'agit d'une raideur isolée des gastrocnémiens.

Cette raideur peut favoriser une souffrance du tendon d'achille. Les activités sportives comme la course à pied peuvent aussi être en cause. Il faudra également rechercher la prise d'antibiotique parfois responsable de douleurs tendineuses. Enfin certaines morphologies comme le pied creux peuvent concourir à cette pathologie.

Le tendon peut souffrir soit en plein corps (tendinopathie corporéale) ou à son insertion (enthésopathie).

Le tendon est augmenté de volume et douloureux. L'évolution peut se faire vers la fissuration intra tendineuse.

TRAITEMENT

Le traitement est médical dans la plupart des cas. Il repose sur la prise d'antalgiques et d'anti inflammatoires. Une talonnette dans les chaussures afin de surélever le talon et soulager le tendon d'Achille est prescrit. La rééducation est fondamentale. Elle consiste principalement à étirer les structures musculoaponévrotiques du mollet. On effectuera également des massages et une physiothérapie (ultrasons, onde de choc). Enfin le repos sportif ou la modification de l'activité sportive est recommandé.

Les infiltrations de corticoïdes (anti inflammatoire puissant) sont à utiliser avec grande prudence car injectés en intra tendineux, ils peuvent être responsables d'une rupture tendineuse.

Le traitement médical peut parfois être long et prendre plusieurs mois.

En l'absence d'amélioration après au moins 6 mois de traitement médical bien conduit, le traitement chirurgical peut être proposé. Ils existent différents traitements selon la localisation et l'importance des lésions.

En cas de tendinopathie corporéale isolée, on effectuera un simple peignage du tendon d'Achille pour augmenter son volume et sa résistance.

En cas de fissure importante ou de rupture, il faudra parfois associer une greffe ou un transfert tendineux pour renforcer le tendon d'Achille.

En cas d'enthésopathie (douleur à l'insertion du tendon), la résection de la calcification éventuelle sera réalisée. Il sera même parfois nécessaire de réaliser une véritable reconstruction de l'insertion avec des ancres dans le calcanéum.

On peut associer à ces différentes procédures une chirurgie d'allongement du triceps pour diminuer les contraintes sur le tendon et son insertion.

L'intervention se déroule sous anesthésie générale ou locorégionale.

Le durée d'hospitalisation est de une à deux nuits. Dans certains cas, la chirurgie est réalisée en ambulatoire.

SUITES POST OPERATOIRES

Une immobilisation par une botte en résine est nécessaire pendant un mois pour le peignage simple et six à huit semaines en cas de geste associé de reconstruction. Les 3 premières semaines sont sans appui sur le membre opéré.

Vous devez alors utiliser des béquilles.

Vous devez respecter un repos relatif et bien surélever le membre inférieur pour éviter le gonflement et les problèmes cicatriciels. Vous devez effectuer la prévention des phlébites par des injections sous cutanées d'anticoagulants. Vous êtes revu à 15 jours pour le changement de la botte et le contrôle de la cicatrice.

Ensuite 3 semaines après l'intervention l'appui est autorisé avec une semelle à plâtre à placer sous la botte. A 6 semaines, on enlève la botte et la rééducation est débutée pour une durée de 6 semaines à 3 mois.

Le tendon garde longtemps un volume important sans que ce soit une complication s'il ne s'y associe pas de douleurs anormales. La conduite automobile n'est pas autorisée pendant les 6 premières semaines.

L'arrêt de travail est de 6 semaines à 3 mois selon l'intervention et les contraintes professionnelles.

La reprise des sports en ligne peut débuter à 3 mois pour le peignage simple et à 6 mois pour les interventions de reconstruction tendineuse.

Contactez-nous

COMPLICATIONS

Les plus fréquentes :

Des adhérences cicatricielles sont habituelles et demandent une prise en charge kinésithérapique.

Les douleurs peuvent persister malgré le traitement et nécessiter des traitements complémentaires.

Comme toute chirurgie, il existe un risque d'hématome qui se résorbe en règle générale tout seul. Il peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical.

La phlébite peut survenir en dépit d'un éventuel traitement anticoagulant. Il s'agit d'un caillot qui se forme dans les veines des jambes, celui-ci pouvant migrer et entrainer une embolie pulmonaire.

Une atteinte nerveuse d'un des nerfs de la partie latérale de la cheville (pris dans un tissu fibreux cicatriciel ou exceptionnellement section de celui-ci) est possible.

Plus rarement :

L'infection profonde est exceptionnelle. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement prolongé par antibiotiques. Il vous est fortement déconseillé de fumer pendant la période de cicatrisation, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d'infection et de phlébite.

L'algodystrophie est un phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris. Elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire parfois des années), entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois, une prise en charge spécifique de la douleur. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.

La cicatrice peut rester gonflée et sensible pendant plusieurs semaines.

La liste n'est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, liée à l'état local ou à une variabilité technique.

Contactez-nous

Consultez également :

Actualités

Voir toutes les actualités